Biographie

Photo Franck Pennant

Petit-fils d’immigrés sardes et siciliens, Jean-Marc COPPOLA n’était pas prédestiné à la politique. Son profond attachement à l’intérêt général le pousse, en 1981, à préférer la SNCF à Pechiney.

De son engagement syndical CGT chez les cheminots, durant une quinzaine d’années, il retient la démarche démocratique permanente. Particulièrement, pendant les grands conflits sociaux qu’a connus la SNCF, en décembre 1986 et janvier 1987 ainsi qu’en hiver 1995, aux cours desquels il prend une place d’animateur. Mouvements qu’il gardera parmi ses meilleurs souvenirs de militant, avec la grande bataille contre le plan Juppé et le démantèlement de l’entreprise publique ferroviaire.

Membre du PCF depuis 1984, son expérience de militant de terrain et les limites inhérentes à l’action syndicale l’amènent aux plus hautes responsabilités départementales en 1996, en devenant secrétaire de la fédération du PCF 13. Une fonction qu’il occupera pendant plus de douze ans, avant de passer le relais, en décembre 2008.

Conseiller Régional de 1998 à 2015, ou il a été Vice-Président délégué aux Lycées, Patrimoine et Investissements Régionaux.
Il est également Conseiller municipal de Marseille, élu dans le 8e secteur.
Il est aussi membre de la coordination nationale du Parti Communiste Français où il a en charge les questions européennes.

De quoi occuper un homme qui continue de privilégier l’action de terrain aux grands discours théoriques, rejetant la conception de l’élu professionnel.

Jean-Marc COPPOLA est comme un poisson dans l’eau lorsqu’il retrouve ses camarades manifestants. Mais ses différents mandats l’ont convaincu : la contestation ne fait pas tout. Et rien de tel que le combat électoral pour faire avancer les idées communistes, qu’il contribue, d’ailleurs, à son niveau, à mettre en mouvement.

Marié et père de deux enfants, travailleur acharné et autodidacte, il est convaincu qu’un monde de vivre ensemble est possible et qu’il réside dans l’épanouissement humain, le dépassement de soi, l’éducation, la critique constructive, la liberté de pensée et surtout l’engagement sur des valeurs de solidarité, de fraternité et de justice.