Journée de la Résistance à Marseille

 

357px-Affiche_rouge

 

Aujourd’hui, 27 mai est la journée nationale de la Résistance

Aujourd’hui est un jour de célébration du combat contre la barbarie nazie. Au nom du PCF, dit le « Parti des fusillés », je veux rendre hommage à tous les combattants de l’ombre.

Le groupe communiste à l’Assemblée nationale avait déposé une proposition de loi le 22 juillet 2009, à la demande de Michel VAXES, alors député, pour faire du 27 mai une journée d’hommage à la résistance.

Cette date n’est pas un hasard, elle se réfère au 27 mai 1943 et à la première réunion du Conseil National de la Résistance.

Ce jour-là, l’ensemble des partis, syndicats et mouvements de résistance s’unissent sous l’autorité de Jean Moulin envoyé par le général De Gaulle.

Ils décident d’agir ensemble pour combattre les occupants et le régime de Vichy.

Ils décident d’agir ensemble pour que la France puisse à la Libération recouvrir son entière souveraineté et jouer un rôle majeur dans le concert des nations.

Il y a 72 ans – le 8 mai 1945 – la France et l’Europe étaient libérées du nazisme et de la collaboration.

En France, tout s’accéléra avec le débarquement en Normandie et le début de l’insurrection nationale en juin 1944.

Mesurons l’énergie, la force, la conviction et la combativité qui ont été nécessaires pour renouer les contacts, tisser des liens, s’organiser pour RESISTER et dire NON à l’occupation.

Qu’il me soit permis d’évoquer le témoignage d’une résistante du département, je veux parler d’Edmonde CHARLES-ROUX.

Je la cite : « je dois aux communistes d’avoir participé à la résistance. Je ne peux pas dire qu’il n’y a eu que des communistes pour résister à Marseille, je n’oserais pas le dire parce que je ne sais pas, mais ce que je puis dire, c’est que les premiers contacts déterminants que j’ai eus, et par la suite les seuls que j’ai gardé, étaient avec des militants communistes »

C’est ainsi que Missak Manouchian et ses camarades multiplient les attaques et sont arrêtés, torturés, jugés dans une mascarade de procès pour être finalement exécutés.

La répression des nazis et des autorités françaises se déchaîne contre tous les résistants qui vont faire tomber les barrières idéologiques ou les anciennes querelles qui peuvent encore les diviser.

Au total ce sont 20.000 personnes qui seront conduites à la gare d’Arenc pour Drancy en direction ensuite des camps.

Du côté de la résistance, elle s’organise et deviendra efficace, malgré le manque d’arme, jusqu’à libérer Marseille avant l’arrivée de l’armée alliée par le débarquement en Provence

C’est cette armée qui viendra à bout des forces allemandes à Notre Dame de la Garde, au Frioul et en gare St-Charles.

Les principales villes des Bouches du Rhône seront libérées entre le 22 et le 28 août 1944.

Les résistants savaient leur cause juste, et de leurs côtés les Alliés commençaient à regagner du terrain.

Ils vont donc parachever leur unité avec la création du CNR et se doter :

  • d’une perspective stratégique : l’insurrection
  • et une perspective politique : les mesures immédiates à appliquer à la Libération.

C’est le programme du Conseil National de la Résistance de mars 1944.

Ce programme qui inspira les grandes réformes de la Libération : Sécurité Sociale, nationalisations, comités d’entreprise, statut de la fonction publique, planification économique…

C’est ce programme qui est aujourd’hui attaqué par les tenants de l’ultralibéralisme comme Emmanuel Macron qui veut détricoter le modèle social de notre pays

Au moment où l’actualité, 72 ans après, montre combien les obscurantismes s’en prennent à l’émancipation humaine.

Au moment où l’on parle d’unité après les dramatiques attentats de notre pays et en Europe comme dernièrement à Manchester.

Au moment où la haine est attisée dans les propos de responsables politiques d’extrême droite.

Il ne faut pas nier que les mêmes causes qui ont eu pour résultat le génocide arménien, la SHOAH, et le génocide Rwandais…oui les mêmes causes, la même montée de la haine de l’autre la banalisation des racismes, de la xénophobie, de l’exclusion sont malheureusement encore présentes et peuvent conduire au pire.

Et il ne suffit pas de dire : « PLUS JAMAIS CA ! ». Il faut combattre toute idée qui attise la haine et la violence

Primo Levi disait : « Ca a existé, alors ça peut encore exister »

Cet oubli c’est nier que l’intelligence humaine peut conduire au meilleur comme aux pires perversions.

C’est nier qu’une démocratie est fragile et ne fonctionne pas toute seule et que s’abstenir, ne pas s’engager, c’est participer à la mort de la démocratie.

C’est la raison pour laquelle, il faut commettre des actes qui unissent notre peuple plutôt que le diviser. L’unir en commençant par répondre à ses attentes et ses aspirations

Aujourd’hui, le mot réforme a été vidé de son contenu et est devenu synonyme de régression sociale.

Les communistes dans la résistance ont tout fait pour unir quelles que soient les différences politiques, religieuses et philosophiques.

Mais plus que jamais en ce 21ème siècle, les communistes entendent honorer la Résistance. Toute la résistance, sans faire de tri.

Le Conseil National de la Résistance regroupait toutes les composantes des forces politiques et syndicales.

Son programme « les Jours Heureux » résonne aujourd’hui avec acuité dans notre département.

Département où la direction de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie ferme des accueils aux publics, où les moyens des hôpitaux publics sont mis à mal, où la question de l’avenir industriel des Bouches du Rhône est posée, où l’école est malmenée.

Honorer la Résistance, comme nous le faisons, c’est aussi affirmer que, dans les conditions d’aujourd’hui, il est nécessaire de trouver les voies de l’unité pour résister face aux déferlements d’attaques contre les acquis de la Libération, à l’origine du progrès social, du développement économique et de l’essor de notre pays.

Ce combat d’hier et d’aujourd’hui, doit nous unir pour défendre l’humain d’abord et vivre des jours heureux.

 

3 Comments

  1. ardoino annie

    excellent de faire un rappel de la mémoire a jour en cette année 2017 ,pour la génération présente et futur et surtout de ne pas oublier !! beaucoup de camarades du var , vous soutiennent et vous serez parmi nos futurs député du P.C.F. pour nous défendre .

  2. Laurent Baldovino

    Bravo Jean-Marc non seulement ce devoir de mémoire est nécessaire mais tu la mets en perspective, avec précision, rigueur. Prendre de la hauteur en faisant appel à l’intelligence humaine. A nous de relayer à présent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *